L’enfant diabétique à l’école doit être l’objet d’une attention particulière. Le diabète de type-1 survient de plus en plus tôt, y compris dans l’enfance, et cela peut poser des problèmes de scolarité. il faut une bonne organisation, pas mal d’anticipation, et un minimum de connaissances pour que le passage à l’école se passe sereinement. Ceci est tout à fait réalisable et il faut avertir les enseignants et l’entourage de l’enfant. Il faut gérer l‘alimentation à la cantine, les complications du diabète comme les hypoglycémies, la pratique sportive et les extras. Je vous propose de faire un tour de la question et vous livrerai un modèle de plan d’accueil individualisé ou PAI pour votre enfant diabétique.

 

L’alimentation de l’enfant diabétique scolarisé

L’alimentation est ce qui risque de poser le plus de problèmes.

Il est très difficile, même en connaissant le menu de la cantine (je vous recommande cet article sur le diabète au restaurant), de savoir exactement combien de glucides contient tel ou tel plat.

Il ne faut pas hésiter à aller en discuter en début d’année avec le directeur ou la directrice de l’école ou du collège.

Je vous recommande vivement d’apprendre à votre enfant, même s’il est tout petit , à calculer un minimum sa quantité de glucides. (insulinothérapie fonctionnelle)

Bien sûr cela n’est pas possible avant un certain âge, mais faites confiance à vos enfants, ils apprendront très vite que tel plat correspond à temps d’unité d’insuline.

Lorsque l’enfant est un petit peu plus grand, il peut aussi adapter son insuline en fonction de sa glycémie au moment du repas.

Le plus simple de prévoir un PAI à l’attention du personnel, pour que ce dernier puisse vérifier avec votre enfant, que la quantité d’insuline administrée est la bonne et ainsi diminuer le risque d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie post-prandiales.

Ceci peut nécessiter un peu de préparation avant le repas, et ainsi éviter d’éventuelles moqueries de camarades peu bienveillants.

Il sera nécessaire pour votre enfant d’avoir toujours avec lui de quoi se re-sucrer, ceci permettra d’éviter des rebonds hyperglycémiques du a un resucrage tardif.

Il doit avoir dans sa trousse quelques bonbons ou morceaux de sucre en permanence, et il faut bien penser à les renouveler.

ecole-diabete

L’anticipation est indispensable

 

L’anticipation est particulièrement intéressante, et si vous pouvez avoir les menus en avance ne vous en privez pas !

Cela vous permet comme un petit jeu la veille au soir, de regarder avec votre enfant

  • ce qu’il va avoir à manger,
  • ce qu’il pourra choisir en fonction de ses goûts
  • et de l’aider adapter sa dose d’insuline

 

Les gens qui ont lu cet article ont aussi lu :  Madeleines low carb pour diabétiques et autres!

L’adaptation optimale

il faut parfois s’adapter, et les repas à la cantine ne sont pas toujours très équilibrés malheureusement.

Il n’est pas rare d’avoir trois ou quatre sources de glucides différentes dans un même repas, tout ceci est parfois un peu lourd à calculer en terme de quantité d’insuline.

Expliquer à votre enfant que c’est à lui de s’adapter si il veut ne pas tout manger par exemple. 

Pour cela il faut bien évidemment que le personnel ait été prévenu et ne le force pas à finir son assiette comme c’est encore malheureusement le cas dans certaines écoles.

Si votre enfant est à la maternelle, il est probable qu’il fête les anniversaires de ses camarades tout au long de l’année, il faudra alors lui apprendre à gérer ce petit écart, et si possible à ne pas cumuler pâtisserie et bonbon, ce qui augmenterait la difficulté de gestion et le risque hyperglycémie suivant le repas

 

La gestion du traitement du jeune diabétique

La plupart du temps, l’enfant est traité par insuline, que ce soit par des injections ou par une pompe à insuline.

En fonction de son âge il peut être nécessaire de l’aider à réaliser ses injections ou le bolus avec sa pompe.

  Les injections

Une injection d’insuline est réalisée si possible discrètement, sans que votre enfant soit observé par ses camarades.

Il n’est pas toujours facile de supporter son diabète, et lorsque l’on est enfant ou adolescent, le regard des autres est encore plus important.

Il faut ainsi éviter d’augmenter le risque de rejet de la maladie et la stigmatisation autour du diabète insulino-dépendant.

Discuter avec votre enfant, il vous dira si ça le gêne ou pas, de faire son injection à la cantine, ou si il préfère la faire discrètement avec le personnel de l’école.

La pompe à insuline

La gestion d’une pompe à insuline nécessite un certain temps pour s’y adapter.

C’est pourquoi il faut prévoir un PAI bien détaillé pour le personnel enseignant et le personnel accompagnant votre enfant.

Ils ne sont pas endocrinologues, et il n’est pas facile au départ de bien comprendre le fonctionnement d’une pompe à insuline.

De plus, la variété des pompes actuelles et des nouvelles technologies, oblige à s’adapter à chaque nouveauté.

Je vous recommande vivement de rencontrer les enseignants en début d’année et de faire un réel point avec tous les accompagnants de votre enfant et de répondre à leurs diverses questions.

Ils doivent bien évidemment, pouvoir vous joindre à tout moment, pour vous poser la moindre question concernant le traitement du diabète de votre enfant.

Le sport comme allié

La pratique sportive est fréquente à l’école, et représente souvent plusieurs heures par semaine.

Il faut parfois prévoir une petite collation avant le sport ou en resucrage pour éviter les hypoglycémies.

Il sera important de contrôler la glycémie avant et après l’activité sportive.

 

Les gens qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les Facteurs de Variation de la Glycémie

Lorsque l’on est plus grand, l’utilisation d’un débit basal temporaire sur la pompe à insuline peut également être une solution pour optimiser l’équilibre du diabète lors de la pratique sportive à l’école ou au collège.

 

Mais cela est difficilement envisageable chez le tout petit enfant, à moins d’avoir réellement des accompagnants très au point.

Et d’avoir prédéfini les bolus temporaires pour les différentes activités sportives.

 

Les voyages scolaires

L’inquiétude est grande lorsque votre enfant diabétique part en voyage scolaire.

Il faut en discuter avec les accompagnants et leur fournir là aussi un PAI très détaillé.

Vous pouvez ajouter quelques consignes qui leur seront utiles pour le voyage.

 

Par exemple en cas de nausées dans le car, voire même de vomissement, il faudra faire attention aux hypoglycémies qui pourraient survenir dans ce contexte particulier.

 

Laisser toujours la possibilité aux enseignants de vous joindre par téléphone, par sms, par mail, que ce soit pour des questions minimes ou pour des de vraies urgences.

ecole-diabete

Le PAI de l’enfant diabétique (plan d’accueil individualisé)

Le PAI permet d’informer l’équipe pédagogique sur le diabète et la meilleure façon de le prendre en charge.

Idéalement la rédaction de ce PAI découle d’une collaboration entre vous, les enseignants et le médecin qui suit votre enfant.

 

Il s’agit de rassembler les informations concernant

  • Le diabète,
  • Votre enfant,
  • Son traitement, c’est-à-dire son insuline que ce soit des injections ou des bolus s’il a une pompe,
  • L’organisation éventuelle des soins pendant les temps scolaire,
  • La conduite à tenir en cas d’hypoglycémie
  • Mais aussi les signes d’hypoglycémie pour qu’elle puisse être détectée très rapidement.
  • Pour les tout jeunes enfants, on peut décrire le déroulement d’une journée standard, ce qui aura aussi pour conséquence de rassurer tout le monde.

le PAI doit définir les modalités particulières de la vie du jeune enfant diabétique à l’école, ou de l’adolescent bien sûr.

Il doit fixer les conditions d’intervention des différents partenaires.

C’est donc une démarche qui concerne la famille et les enseignants mais aussi le médecin endocrinologue et le médecin scolaire.

Le PAI permet d’optimiser l’intégration scolaire et parascolaire de votre enfant il lui permet notamment de participer à toutes les activités de sa classe sans restriction mais aussi aux activités sportives extra-scolaires par exemple.

Il permet d’autre part aux enseignants et accompagnants d’être mieux informés sur le diabète, et de pouvoir mieux prendre en charge votre enfant.

Il peut-être nécessaire d’y ajouter des documents de base d’informations concernant les situations d’urgence comme l’hypoglycémie, ou l’hyperglycémie avec acétonémie.

L’acceptation de son diabète

L’acceptation du diabète n’est pas toujours facile que ce soit dans l’enfance ou dans l’adolescence.

C’est pourquoi il faut discuter avec votre enfant de la façon dont il vit sa scolarité et son diabète, la façon qu’il a de supporter le regard des autres, et d’éventuelles moqueries.

Il adaptera ainsi son traitement, par exemple en se piquant dans les toilettes ou à l’infirmerie.

Il faudra alors bien sûr prévoir de manger rapidement après l’injection.

Mais peut-être ne sera-t-il pas gêné du tout, et au contraire il utilisera cette maladie comme une force supplémentaire.

En effet un enfant diabétique acquiert de nombreuses connaissance scientifiques et médicales qui pourront impressionner ses camarades de classe, et peut-être saura-t-il en user 😉

Les autres seront sûrement impressionnés devant la force nécessaire pour la gestion quotidienne de cette maladie, et l’adaptation permanente du traitement en fonction des circonstances.

Dans tous les cas il faut en discuter régulièrement avec son enfant.

Que faire en cas de problème

 

Les gens qui ont lu cet article ont aussi lu :  Free style libre : la pose tous les 14 jours

En cas de problème évidemment, il faut que l’équipe puisse vous joindre, mais qu’elle ne tarde pas non plus à appeler les secours, notamment en cas d’hypoglycémie sévère par exemple.

 

Pour résumer 

Il est tout à fait possible de bien vivre sa scolarité avec son diabète, et il faut respecter un certain nombre de précautions.

Lorsque l’équipe accompagnant votre enfant est informée et qu’elle travaille de concert avec vous et avec votre enfant, tout se passe en général très bien.

Il faudra bien sûr gérer les petits désagréments quotidien comme quelques hypoglycémies, ou hyperglycémies lorsque les bolus n’ont pas été bien adaptés au repas.

Mais ceci fait partie du quotidien du diabétique, et avec un peu d’habitude cela se gère très bien.

La rédaction d’un PAI bien adapté permettra d’asseoir toutes les compétences de votre enfant et de l’équipe enseignante pour optimiser la gestion du diabète.

Parlez-en à votre endocrinologue.

Vous trouverez en bas de cet article des liens vers des modèles de PAI, n’hésitez pas à les modifier en accord avec les professionnels de santé qui suivent votre enfant, mais aussi à faire participer l’enfant, ce sera l’occasion de révision intéressantes concernant sa maladie.

Et n’oubliez pas que nous sommes souvent encore plus forts que les personnes non diabétiques.

 

références

http://cache.media.education.gouv.fr/file/P.A.I/37/6/PAI_DIABETE_2014d_485376.doc

http://www.ajd-diabete.fr/le-diabete/vivre-avec-le-diabete/la-scolarite/

http://www.ac-grenoble.fr/ecole/74/directeurs74/IMG/PAI_Diabete.pdf

http://diabete-robertdebre.aphp.fr/ecole/projet-accueil-individualise-pai/

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 18
    Partages
%d blogueurs aiment cette page :